Bruno Fournier

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Partager

Bruno Fournier | CAMO Plongeon | Olympiques

En préparation pour les Jeux olympiques de Tokyo, le Club de plongeon Camo aimerait vous présenter ses Olympiens, ce qu’ils ont fait et ce qu’ils sont devenus aujourd’hui. 

Cette semaine, nous aimerions vous parler de Bruno Fournier.  Il a débuté sa carrière sportive à l’âge de 6 ans à la piscine Wilbrod Bherer à Québec. En 1975 il participait aux Jeux du Québec et c’est cette compétition qui lui donne envie de s’entraîner plus.  Son ascension sera rapide : 2 ans plus tard, il devient champion canadien junior et 2 ans après, il participe aux championnats du monde junior.  Bruno plongera à Québec, Halifax et Pointe-Claire avant de venir s’entraîner au Club de plongeon Camo.  La médaille d’or olympique de Sylvie Bernier lui prouve qu’il est possible de réussir sur la scène internationale en plongeon et lui donne envie de s’investir encore plus dans son sport.

Bruno était réputé pour sa grâce, son esthétisme et la fluidité de ses mouvements en plus de sa capacité à tourner rapidement.  204C du bord de la piscine? Pas de problème pour Bruno, il pouvait même être over!  Pendant une partie de sa carrière, Bruno est le plongeur de 10m ayant la liste de plongeons la plus difficile au monde avec, entre autres, un 616 C et un 53337 D.  Il y a aussi d’autres plongeons que Bruno aurait pu facilement faire, mais malheureusement pour lui, dans les années 80-90, seuls les plongeons inscrits sur la liste de DD pouvaient être compétitionnés. « Surement un équilibre arrière avec des vrilles » nous mentionne-t-il.  

Deux moments marquants pour le spécialiste du 10m? Sa médaille de bronze aux Jeux du Commonwealth en 1990 et sa médaille d’or à une compétition en Autriche, l’équivalent des Grands Prix FINA actuels. Après avoir manqué de peu une place pour les Jeux olympiques de 1988, Bruno atteint enfin son objectif de participer aux Jeux olympiques en 1992, à Barcelone.  Il y terminera en 14e position.  Ce qu’il lui manquait pour faire la finale? Riper!

Au niveau scolaire, Bruno a obtenu un baccalauréat en relations industrielles à HEC de l’Université de Montréal.  Après sa carrière de plongeur, Bruno est resté impliqué dans le monde du plongeon en siégeant sur le comité des athlètes de Plongeon Canada qui avait alors un rôle consultatif et en créant l’association des plongeurs canadiens qui a maintenant droit de vote à Plongeon Canada.  Bruno a également agi à titre de membre du comité de direction de Plongeon Canada et de l’Association Aquatique canadienne en plus d’être officiel provincial et national pendant quelques années avant de tirer sa révérence.

Au niveau professionnel, Bruno a roulé sa bosse à plusieurs endroits au Canada et aux États-Unis comme représentant d’une compagnie médicale.  Marié et papa de 2 grands garçons, il est actuellement installé dans la ville de Québec et travaille toujours dans le domaine de la vente de produits médicaux.

« Aujourd’hui, je suis avec beaucoup d’intérêt les performances sportives de nos athlètes. Le niveau d’exécution a augmenté beaucoup dû à la qualité de la préparation, à la qualité de l’enseignement et due au support donné à nos athlètes d’élite. Les nouvelles disciplines comme le plongeon synchro et les

nouveaux plongeons comme les équilibres arrière avec vrilles sont vraiment excitant à regarder. Je réalise aussi que le Club CAMO est toujours un des clubs des plus performants au Monde, et ce, depuis le passage de Sylvie Bernier en 1982. Un gros bravo à toutes les personnes impliquées de près et de loin au succès du Club CAMO. » 

Le club de plongeon Camo est fière des performances sportives de Bruno Fournier mais aussi de la personne qu’il est devenu et des changements qu’il a pu apporter dans le monde du plongeon.

Scroll to Top