Phillipe Comtois

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Partager

Phillipe Comtois | CAMO Plongeon | Olympiques

En préparation pour les Jeux olympiques de Tokyo, le club de plongeon Camo aimerait vous présenter ses Olympiens, ce qu’ils ont fait et ce qu’ils sont devenus aujourd’hui.

Au gala de Plongeon Québec samedi dernier, Simone Leathead a reçu le trophée persévérance Philippe Comtois.  Mais qui est Phillipe Comtois et pourquoi y a-t-il un trophée persévérance en son nom?

Philippe a débuté sa carrière sportive en patinage artistique avant de transférer au plongeon.  Après quelques années au Club de plongeon Laval, il vient à Camo pour s’entraîner avec César Henderson puis Michel Larouche avec lequel il fera équipe pendant 17 années.   

Depuis aussi long que l’on peut se rappeler, Philippe a toujours été reconnu comme un plongeur qui plonge vite, qui ne prend pas le temps de s’essuyer et qui fait beaucoup de plongeons.  Il pouvait faire en un entraînement ce que les autres plongeurs faisaient en 2!

Grâce à sa discipline et son travail acharné, Philippe se classe sur l’équipe du Québec, sur l’équipe nationale junior puis senior.  Les compétitions internationales se succèdent.  En 1996, il se qualifie pour les Jeux olympiques et il y terminera en 16e position.

La progression de Philippe s’accélère.  2 ans plus tard, il est 6e au monde à la même épreuve.  L’année suivante, il terminera avec une décevante 13e position aux championnats du monde.  Philippe se rend compte qu’il a de la difficulté à se concentrer, lui qui est nouvellement fiancé et commandité. Il reprend l’entraînement avec la ferme intention que l’année 2000 sera SON année.

Malheureusement, le 19 mars 2000, tout bascule.  Lors du Grand Prix de la Grande-Bretagne, Philippe heurte le tremplin avec un pied et devra être transporté d’urgence à l’hôpital.  Le verdict des médecins est sans équivoque : on doit l’opérer.  Il prend la décision de retourner à Montréal pour se faire opérer et faire sa réhabilitation entouré de sa famille et de ses amis.  L’opération durera 15h…

Étant donné la greffe de 14mm subite, les spécialistes prévoient une réhabilitation de 140 jours et espèrent que Philippe pourra marcher de nouveau.  Mais Philippe ne veut pas que marcher, il veut plonger à nouveau et retourner aux Jeux olympiques!  On est à moins de 2 mois des Essais olympiques.  Philippe n’a pas 140 jours, il doit faire plus vite.  Il fera alors comme il est habitué : il fera beaucoup de physio et beaucoup plus d’exercices que personne d’autre.  Malgré toute la persévérance dont il fera preuve, il devra se résigner à ne pas participer aux Jeux olympiques de 2000.  

C’est à ce moment que Philippe commencera à coacher au Club de plongeon Laval, pour occuper son temps et ses pensées, mais aussi pour redonner aux jeunes tout ce que le sport lui a appris.  Il occupera le poste d’entraîneur en chef pendant 10 ans en plus de faire partie de la commission des entraîneurs et d’avoir agi à titre de manager pour les Jeux du Canada.

Rétabli à plus ou moins 80%, devant lever son pied pour pouvoir marcher puisque le nerf en charge de ce mouvement ne fonctionne toujours pas, Philippe est de retour à l’entraînement au mois de septembre.  À cause de ce problème, son entraîneur, Michel Larouche, avance l’idée que Philippe change sa jambe de saut d’appel.  Ce qui reviendrait à demander à un lanceur de baseball gaucher de devenir droitier…  Philippe est sous le choc, mais comprend que Michel a raison et qu’il doit changer de jambe s’il veut pouvoir retourner à la compétition.  Jusqu’au mois de décembre, la majeure partie de son entraînement sera allouée à sa réhabilitation et au changement de jambe.  En janvier et février 2001, il recommence ses optionnels au 3m, juste à temps pour pouvoir compétitionner au tremplin de 3m aux Championnats canadiens senior d’hiver, sa première compétition en un an.  Il y terminera en 3e position, se qualifiera pour Coupe Canada et par la suite pour les championnats du monde.  Toute la communauté est renversée de voir son retour et tellement impressionnée de son changement de jambe de saut d’appel.

Dans les années suivantes, non seulement Philippe retourne à la compétition internationale au tremplin de 3m, mais il y retournera à la plateforme de 10m aussi.  Il fera également équipe en synchro avec Alexandre Despatie avec qui il remportera plusieurs médailles internationales.  Puis 2004 arrive et Philippe se classera enfin pour ses 2e Jeux Olympiques ou il terminera 5e au 3m synchronisé et 13e au tremplin de 3m individuel. Il termine sa carrière l’année suivante en 2005.

Que fait Philippe présentement?  Bachelier en sciences comptables de l’Uquam, Philippe a travaillé à plusieurs postes en comptabilité.  Il est présentement analyste financier senior chez Groupe Bentley.  Marié depuis maintenant 17 ans, Philippe est également père de 2 ados de 16 et de 14 ans.  Président du Mouvement aquatique de Laval depuis plusieurs années, Philippe promeut et défend les droits des sports aquatiques avec toute la conviction qu’on lui connait en plus de travailler d’arrache-pied pour que la construction d’une nouvelle piscine à Laval devienne une réalité.   

Alors pourquoi un trophée Philippe Comtois?  Parce qu’il est l’incarnation de la persévérance même, parce qu’il a montré cette qualité à plusieurs reprises et parce qu’il occupe une place importante dans l’histoire de notre sport.  Durant ses 21 années en plongeon, il a montré l’exemple à plusieurs plongeurs et inspiré plus d’un entraîneur.  Philippe est de ceux qui ne peuvent être oubliés.

Scroll to Top